14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 17:18


 
Salut les copains, la famille bien ?

Je ne poste pas trop en ce moment je sais, t'as le droit de me casser la gueule.

Je parlais ici l’an dernier du film de Laurent Firode « Le Battement d’ailes du papillon ». Je sais pas si tu l’as vu, une bête de film au passage, pas dans le genre superprod US mais plutôt ces films underground que tu vas voir dans des salles pourries et qui te font réfléchir. Vachement. 

Y a Faudel dedans et rien que pour son jeu d'acteur si tu l'as pas vu t'as raté ta vie.

Alors l’autre soir au cours d’une conversation je commence à digresser et je repense à ce film, au destin, à ce putain de karma et aux choix qu’on fait comme ça sans vraiment réaliser l’incidence qu’ils auront, c’est un truc qui me fascine.

Me refaire en boucle le film de ma vie et tenter de savoir si c’était écrit ou pas. Parce que ouais, y a le mektoub. J’en parlais dans mon post en 2011, le mektoub c’est cette croyance musulmane qui dit que tout est écrit d’avance, que nos gestes ne sont pas le fruit d’une action commandée par notre cerveau mais bien par une force supérieure un peu abstraite.

Et je sais pas trop, je crois que j'y crois. En fait, je crois que tout est une question de chemins, la vie c’est ça, des chemins.

Mon papa me parlait l'autre jour d'un ami à lui, un ami musulman, et ce type-là il lui était arrivé une crasse, un truc pas très cool comme il en arrive à tout le monde, sauf que pour lui rien n'est le fruit du hasard, le type avait forcément fait quelque chose pour mériter ça, alors il se creusait la tête, il tentait de se remémorer ses actions et il lui a dit « la roue de la vie ne tourne pas en fonction du vent ».

Ce type a changé la mienne.

430483_269741789794918_480353893_n.jpg


Je sais pas si tu te souviens, à la fin des années 90 il y avait cette série de bouquins un peu oufs, un livre dont vous êtes le héros qu’ils disaient. Gallimard a par la suite réédité la série des « Défis fantastiques » dans les années 2000. C’était un truc de malade, la naissance de la lecture interactive. L’histoire commençait et son déroulement dépendait du choix du lecteur, y avait des monstres et tout ça, tu pouvais t’enfuir à la page 82 ou les affronter en page 27.

Et je crois que l’existence se résume à ça, un truc à choix multiples dont chacun est le héros.

Moi cette histoire de destin, de hasard, de karma ça m’intéresse vachement parce que la plupart des rencontres dans une vie ne sont qu’une somme de circonstances un peu douteuses, des détails putain, des détails. Des lieux, des heures, des occasions, des actes manqués.

Il y a ces routes qu’on emprunte sans jamais savoir où elles nous mènent, et puis les kilomètres s’amoncellent et les rencontres aussi, des belles et des moins belles, des regards et des paroles qui nous marquent, qui laissent des traces sur nos corps comme un trait de crayon sur le papier, indélébiles et maladroites, et puis on avance à l’aveuglette vers les victoires ou les échecs, des impasses ou de longues avenues.

Demain ne sera qu'une avalanche d'évènements engendrés par les actions d'aujourd'hui; tout est lié, et le cours de nos vies serait par conséquent diamétralement opposé si nos choix avaient été différents, si t'avais pris un autre chemin ce jour-là, tu vois c'que j'veux dire ?


Schopenhauer a écrit, « Le destin mêle les cartes et nous jouons ». La métaphore voudrait que nous ayons donc au départ les mêmes dispositions, il y aurait une base commune à toute vie humaine et puis le résultat de ce qu'on en fait : des tas de jeux divergents qui seraient intrinsèquement liés à nos actions.

Je sais pas ce que t'en penses, mais je pense que je pense trop.


Je vous embrasse, prenez soin de vous.


Source : We heart it - Individuo

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Agoaye 15/10/2012 19:21

Moi c'est ta première image qui me fascine !!

claire 15/10/2012 09:16

Très intéressant, en fait je crois qu'il y a une certaine culture du bien et du mal, depuis tout petit on nous apprend qu'une mauvaise action sera punie tandis qu'une bonne est récompensée.

Il me semble que c'est la pensée globale des pays d'Europe latine.

Bref, j'aime beaucoup ton blog ;)