5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 10:34

tumblr_m73e7tPMOJ1qc3m8wo1_500.jpg

C'est un film, tu dis tout le temps que c’est un film.

Ce que l'on vit, c'est une de ces scènes romancées qui font chialer les filles prépubères et bien souvent je crois que le temps marque une pause. Dans la nuit, à la lumière criarde des réverbères, quand je titube de m’être enivrée et que tout devient prétexte pour se tenir la main, s’arrêter en chemin et s’embrasser longtemps.

Longtemps.

Il y a parfois ces gens autour, des merveilles de ton monde et à l’aube, dans un demi-sommeil, j’entends leurs voix et leurs rires, réminiscences ou restes de soirées où l'on aime à faire parler les étoiles.

Et tandis que l'on cherche à s'oublier à l'absinthe, je te grave un peu partout ; pour que le souvenir de ta bouche ne s'évapore jamais.

Cet amour déborde et il va m’engloutir. Ton visage plaquardé sur les murs de la ville, les tags des punks à chiens comme des prix décernés à tes yeux.

Je te regarde dormir et je crois n’avoir jamais rien vu d’aussi beau. Le ciel peut-être.

Le ciel.

Les étreintes brisées de nos corps ruisselants qui s’adorent un peu partout, n’être qu’amour et loverdose, sommeiller un peu, frissonner beaucoup.

Tes petites manies que je ne connais que trop bien, chaque geste lentement dessiné. Et ces blessures cicatrisées qui marquent désormais nos corps.

Avoir mal de te savoir ailleurs, m'en faire en t'imaginant poser la main sur un autre flanc, hurler, me recroqueviller de rage.

Et dis, pourquoi toutes les chansons parlent de toi ?

Nous sommes Sid et Nancy, sans le poignard dans le bide ; je te hais mais reste encore un peu, le jour se lève déjà.

Ton air grave parfois entre deux fous rires, à l’horizontale ta main sur ma nuque, ton profil dans les nuages de fumée sur ce balcon, nos doigts qui se croisent et voyagent sur nos skins, ton odeur sur les draps retrouver, crier ton nom, penser à me souvenir de ne jamais oublier.


eWa97ek8QIE_large.jpg

Et puis le reste ; nos divagations, la somme de nos sangs et de tous nos fluides.

 

Sources : A girl called Georges -  We heart it

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0

commentaires