2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 11:30

tumblr m04n0tCT5w1r3gb6ao1 1280


Salut les copains, j’espère que ça va, ça fait genre un mois que j'ai rien posté, j’ai honte et dans le même temps c’est ma moyenne alors on aura qu’à dire qu’on est larges.

Je t’ai jamais parlé de Meryl, Meryl c’est ma star, le genre de love indélébile et un peu abstrait que tu voues à toute personne à la fois proche et inatteignable.  Parce qu'il y a ce paradoxe un peu étrange : l'impression de connaître tout de cette personne sans aucune réciprocité.

Et j’ai tout vu de Meryl Streep depuis « Kramer VS Kramer » en 79 – si t’as pas vu ce film t’as trente-quatre piges de retard – avec Dustin Hoffman en jeune premier (plus tellement en fait, « Le Lauréat » date de 67), chevelure longue et brushing impeccable, ouais parce que la mode androgyne date d’avant Nicola Sirkis et le brushing pour hommes en 79 ça passait crème.


picture-of-dustin-hoffman-and-meryl-streep-in-kramer-vs-kra


J’ai revu « Kramer VS Kramer » il y a quelques semaines et ça a pris un gros coup de vieux, notamment au niveau du design d’intérieur, moins niveau mode étant donné le succès des mocassins en 2012 (et les jeans de Dustin, ils sont quand même vachement moulants...) mais Meryl elle, elle est toujours sublime.


kramer-contre-kramer-79-08-g1Kramer 2


1992, j’ai quatre ans et je regarde « La mort vous va si bien » avec mon papa. L’homme a l’origine de ce film, c’est Robert Zemeckis, aka monsieur « Forrest Gump », « Back to the Future » x3 et autres chefs d’œuvres en étroite collaboration avec Spielberg ♥.
Dans ce film complètement barré y a Meryl et Bruce Willis. On y traite de la jeunesse éternelle et Isabella Rosselini fait un peu flipper mais là n’est pas tellement le propos.

J’ai quatre ans et je suis fascinée par Meryl Streep. Loin d’être un chef d’œuvre du septième art, c’est l’atmosphère morbide qui se dégage du film et la beauté de Madeline Ashton qui me laissent sans voix. Y a des airs de Monroe et des pin-ups des années 50, et puis son peignoir blanc, sa manucure impeccable, Meryl Streep est dans la fleur de l’âge et quand je serai grande je voudrais lui ressembler.


7550791182 72487d2917 bDeath-Becomes-Her-death-becomes-her-33021060-2828-1936

1999 « La musique de mon cœur », un titre un peu pourrave pour un film majeur qui m’évoque vachement « Esprits rebelles » avec Michelle Pfeiffer et plus récemment « The Freedom Writers » avec Hillary Swank.

2002 « The Hours » de Stephen Daldry (monsieur « Billy Elliot ») et les excellentes interprétations du trio Kidman, Moore et Streep.

2006, Miranda Priestly vient nous pourrir l’existence et « Le Diable s’habille en Prada » devient la référence cinématographique de toutes les modeuses qui louent David Frankel pour avoir adapté à l’écran leur quotidien superficiel.

Et puis dernièrement, ses interprétations ultra réalistes de Julia Child et Margaret Thatcher (il y en a eu tellement d'autres mais je vais t'épargner l'analyse critique de toute la filmographie...).

Meryl incarne toutes les femmes avec une vérité troublante, mais bien au-delà de ça je crois qu’elle a un truc rare dans le milieu du showbiz : elle place l'amitié et les relations humaines bien avant le succès, Meryl n'écrase personne, elle est vraiment sympa, humaine et tellement drôle aussi. 

Je vous mets la vidéo de la Cérémonie des Oscars 2012 où elle a reçu le prix de la Meilleure Actrice, je pense que son discours est mille fois plus éloquent que ce que je pourrais en dire.



Voilà, moi j'aime beaucoup Meryl. J'espère que t'es content.


Je vous embrasse.


Sources : Vanity Fair, Janvier 2010 - Ro hit the best - Tout le ciné - Fan Pop - Dailymotion

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Elisa - dans Cinéma - TV
commenter cet article

commentaires