3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 09:19

tumblr_lu4d5e1fMU1qgpsbeo1_500_large.jpg_effected1.jpg

 


Je crois beaucoup au destin.

Il y a ce terme arabe, « mektoub » qui revient souvent dans la culture musulmane et qui signifie que tout est écrit, tout est gravé d’avance. 

D'une certaine façon, croire que tout est prédestiné est un peu effrayant. Le mektoub est une forme de résignation, un moyen un peu lâche de trouver une cause aux maux de la vie, « c’était le destin ».

La semaine dernière, j’ai regardé pour la énième fois « Le Battement d’ailes du papillon », un film de Laurent Firode avec Audrey Tautou, Audrey Tautou avant Amélie. 

Dans ce film, les destins parallèles de personnages qui ne devaient jamais se croiser finissent par s’imbriquer par une suite de hasards, de coïncidences douteuses, de petits incidents qui conduisent à l’accomplissement du destin.

« Il n'y a pas un geste, même le plus anodin, qui ne change l'ordre du monde. Chaque détail, chaque geste, le plus infime soit-il, révèle une infinité de vérités et par conséquent a des répercussions infinies et des effets grandioses. Il suffit de pisser dans la mer pour faire monter le niveau de tous les océans. Ne dit-on pas qu'un simple battement d'ailes de papillon dans l'Atlantique peut provoquer un ouragan dans le Pacifique? »

Croire au destin, c’est être un peu fataliste. Je suis un peu fataliste. Je pense que l’Humain, au sens très général du terme, ne peut échapper aux lois gouvernant l’Histoire et aux puissances supérieures quelles qu’elles soient. Je pense que, quoiqu’il arrive, peu importe les détours et les tribulations,  ce qui était écrit finit par se produire.

Les choses sont préétablies et fixées de sorte que notre sort s’accomplit indépendamment de nos actes. 

Le destin est-il alors totalement inflexible?

Dans son livre « L’Alchimiste », Paulo Coelho parle de « Légende Personnelle ». Chacun de nous aurait quelque chose à réaliser dans sa vie pour s’épanouir pleinement.

C’est un peu le principe du karma qui, selon la conception kabbale, est une série d’épreuves que l’on doit réussir au cours de sa vie pour pouvoir déclarer sans crainte « j’ai vécu ». 

En fait, les effets des actes karmiques sont censés se répercuter à l'infini. C'est un cycle, what goes around comes around. Les actes effectués à un instant T de notre vie portent leur ombre sur l'avenir et tôt ou tard, nous devons en payer les conséquences.


tumblr lud6f5Q3ta1qluh9do1 500 largetumblr lr62heUSoD1qjmg20o1 1280 large effected

 

Hier, une amie me raconte sa rencontre avec un keum, un keum qui vit loin, et comment elle est subjuguée par cette rencontre, et comment la vie nous met face à d'étranges coups du sort et nous dit, « quand tu t’y attendras le moins, je mettrai cette personne sur ta route et ensemble, vous allez vivre une très, très grande histoire d’amour ».

C’est assez ouf de penser que quelque part dans l’univers, peut-être à l’autre bout du globe, alors même que nos vies sont totalement opposées, une personne attend, marche sur des trottoirs où l'on n'a jamais marché, et qu’un jour, nos existences pourtant parallèles se superposent.

Ce jour marque le point d’intersection de nos destinées et créé une fracture, un avant et un après, une cicatrice. Comme la mine sèche d’un crayon qui, gommée, laissera toujours sa trace sur la feuille blanche.


tumblr_kojcflTQoC1qz4w5do1_500.jpg_effected.jpg

 

 

Et il est des jours où le destin nous accable, où l’on aimerait y échapper pour ne faire confiance qu’au libre arbitre, mais la plupart du temps, ce foutu karma fait tourner la roue en notre faveur et nous offre tout un tas de jolies choses.

Alors moi j’y crois, j'y crois vachement.

Je vous embrasse.

 

Sources : We heart it - Getty Images

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Agoaye 24/04/2012 17:27

Uh uhhhhh, donc le fait que je sois toujours malade pourrait vouloir dire que je suis faite pour me maquer avec un médecin.. Très pertinent...
Sur ce, faut que j'aille prendre rendez-vous à la pitié-salpetrière :)

myleneuh 06/03/2012 09:46

Quand j'ai commencé à lire, j'ai tout de suite pensé à l'Alchimiste, pour me rendre compte que tu le citais après...
Ce commentaire est inutile mais, puré, j'aime ton blog.

melky 03/12/2011 15:06

En tout cas, une jeune fille qui peut, dans un même blog, discuter mode & questions existentielles, et dans un même billet, faire des références à la philosophie arabe, des bouquins et des
films tout en y mettant le mot 'padawan' mérite d'avoir un destin (mon dieu que cette phrase est longue).

Personnellement, c'est Google qui m'a amené chez toi alors que je cherchais des blogs sur Metz. Tu crois que Google travaille pour le destin ?

Elisa 03/12/2011 15:29



=) J'ignore si Google travaille pour le destin, mais je crois qu'il était écrit qu'à environ 15h29, ces quelques phrases engendreraient l'apparition d'un sourire sur mon visage. Merci.



cha'B 03/12/2011 13:45

J'y crois aussi.
Les photos sont super chouette :)

Elisa 03/12/2011 15:31



=) Oui elles viennent du site We heart it pour la plupart, en tapant un mot clé tu accèdes à tout un tas d'images vraiment géniales.



L'amie en question 03/12/2011 13:29

"Subjuguée", c'est tout à fait le mot !
Merci d'avoir parlé de cette formidable histoire qui m'obsède, et qui est forcément un cadeau du destin, bien que j'aie parfois du mal à y croire ! :)

Elisa 03/12/2011 15:31



Tibo 03/12/2011 11:47

Tro bien le battement d'ailes du papillon ;), dans le genre film de vies à la Klapisch, avt que ça devienne un genre de référence.

Elisa 03/12/2011 15:32



Oui, et comment te dire que Faudel joue vachement bien sans trop m'afficher?!



Lucie 03/12/2011 10:03

Je crois aussi beaucoup au destin, je ne pense pas que ce soit être "fataliste", je pense au contraire qu'on cherche à se raccrocher à quelque chose, à garder espoir, "et si le destin mettait sur
notre route une personne qui va changer notre vie?"

Bisous.