16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 14:22

1motorcycle.jpg
James Dean ce bad boy.


Comme une grosse intellectuelle bobo qui s’la raconte, il m’arrive parfois de regarder Arte.  Il y a de cela quelques semaines, je suis tombée sur la rediff’ d’un magazine qui traitait de l’art d’être branché, dans le move, d’être « hype » comme ils disaient.

Je m’attendais à voir défiler des meufs en Vera Wang et autres squelettes abonnés aux fashion weeks et  j’ai vu du trash, du bad boy, de l’héroïne, du sex et de la déglingue.

On y voyait Patrick Eudeline, rédacteur pour Rock & Folk et ex chanteur du groupe Asphalt Jungle, l’un des premiers groupes punk formé en 77 qui parlait de James Dean et de Sid Vicious.


patrick-eudeline-rue-martyrs-L-236ne MG 0012a


Ces mecs au nom ultra célèbre ont davantage marqué les esprits par leurs frasques et leur attitude rebelle et autodestructrice que par leur talent.

Sid Vicious, bassiste des Sex Pistols est mort à 22 ans d’une overdose. Durant sa courte vie, il s’est entre autres fait fournir de l’héro par sa mère alcoolique, a poignardé sa meuf Nancy Spungen et a tenté de se suicider en se taillant les veines.


Sid+Vicious+sidsidandnan
Je vous conseille le film
  « Sid & Nancy » sorti en 86 avec Gary Oldman.

 

A écouter Patrick Eudeline, être « hype », c’est vivre jeune, mourir vite, laisser derrière soi quelques tubes et faire un beau cadavre.

Depuis, Sid Vicious a été remplacé par Kurt Cobain, Bertrand Cantat et récemment Pete Doherty, des mecs au talent entaché par un comportement violent, par leur addiction pour les drogues en tous genres et l’art de se faire passer pour des abrutis puériles.

Et ces mecs sont des héros. Alors voilà, avoir trop la classe c'est se faire un rail et péter des vitres, maîtriser quelques accords sur une Fender Mustang et tabasser sa meuf.

On voyait les œuvres de Pete Doherty exposées à la Bankrobber Gallery de Londres, un lieu über trendy qui cautionne et met en avant le fait de réaliser des prétendus chef d’oeuvres avec son sang après s’être piqué comme un gros junkie.


33159-pete-doherty-expose-son-art-a-paris-fullscreen-1.jpgpetedohertyexhibitionbankrobberartgallery

On voyait le groupe punk anglais
« Towers of London » participer à Big Brother, preuve que le « bad boyisme » est vraiment devenu mainstream. Les bastons mises en scène dans cette émission ont fait le tour du net et sont plus connues que leur musique.

On voyait aussi des jeunes de notre génération se rassembler aux soirées karaoké punk de Brice Partouche au Truskel à Paris.



Capture-plein-ecran-16102011-120210.bmp.jpg1.jpg

En y réfléchissant bien, nous, masse populaire soumise et docile, voyons en Sid Vicious, Pete et les autres une sorte d’échappatoire à ces règles auxquelles on se soumet en permanence. Ces mecs vivent au quotidien un truc que les gens n’ont plus le courage de vivre et les voir saboter consciemment et volontairement leur existence nous plonge dans une transe par procuration.


« Les gens ont envie de voir des histoires de groupies, de drogues, de sexe et de violence, le vieux cliché, c'est ça qui les intéresse et toutes les émissions de télé-réalité qui scénarisent ça, qui prennent des groupes de rock castés et à moitié bidons pour monter tout un programme où passe l'idéologie du truc, ça marche et ça ne m'étonne pas, ce qui m'étonne c'est que ça n'existe pas depuis plus longtemps. »

[Patrick Eudeline]


Aujourd’hui, le nappy parisien va se fringuer chez April 77 et s’offre un perfecto bicolore à mille boules pour ressembler à Johnny Thunders.
Les jeunes puent la bière cheap, portent un slim vintage shopé sur Internet et tapent des pauses faméliques avec la frange sur les yeux comme des rebelles sans cause.

En fait, tout le monde peut être « hype », il suffit de s’autoproclamer marginal je-m’en-foutiste, de s’arracher la gueule tous les soirs et d'avoir fait de la taule ou une cure de désintox.

Et moi du coup, je préfère être has been au point de ne pas avoir de compte Twitter.

Je vous embrasse.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Elisa - dans Culture
commenter cet article

commentaires

myleneuh 06/03/2012 14:24

J'ai tellement l'avant dernier paragraphe (qui commence par "aujourd'hui") en entendant la voix off de J'ai vomi dans mes cornflakes.

Natasha 22/10/2011 11:52


Stop dénigrer TWITTER! RAH JE TE CONVERTIRAI UN JOUR. J'Y ARRIVERAI. :D


Claire 16/10/2011 17:34


Super article, c'est vrai que c'est assez dingue tous ces artistes qui deviennent des idoles alors qu'ils font que se défoncer et n'ont rien inventé musicalement.